0

💪 La persévérance, en particulier dans les moments difficiles, est louée si souvent que nous en oublions parfois une autre qualité : on oublie comment ne pas ressentir l’abandon comme un échec. Et les réseaux sociaux, notamment sur LinkedIn, n’aident pas tant la gloire du succès et de la persévérance est présente.

Les citations de motivation sont infinies : “La persévérance est d’échouer 19 fois et de réussir à la 20ème“, “La persévérance c’est ce qui l’impossible possible, le possible probable et le probable réalisable.“, … Oui c’est beau. Oui ça parle a beaucoup de gens.

Même le best-seller de Malcom Gladwell, “Hors-norme : la règle des 10 000” affirme que la quintessence de la maîtrise ne peut être atteint que par des décennies d’efforts.

🤔 Mais combien de fois avez-vous lu ou entendu un conseil qui dit que vous avez fait suffisamment d’efforts pour démarrer une entreprise, pour atteindre vos objectifs, pour soutenir vos proches, et qu’il est maintenant temps de passer à autre chose ? Rarement. Peut-être jamais.😰 Et combien de larmes, de sueur et de sang sont gaspillés dans des cas désespérés ? Beaucoup. Peut-être que vous avez déjà été au plus bas, épuisé émotionnellement, financièrement ou les deux, et il était inconcevable pour vous de mettre fin à cela après tous ces efforts. C’est humain, c’est de l’instinct de survie.

Mais pourquoi ? Considérons un concept connu sous le nom du “Coût Irrécupérable”. Il s’articule à la fois autour de la psychologie et de l’économie et fait référence à un parti pris décisionnel qui nous conduit à consacrer plus de temps, d’argent, d’effort ou d’autres ressources à un projet simplement parce que nous avons déjà investi dedans. Nous en sommes la proie, que l’enjeu soit de taille, comme de continuer à investir de l’argent et de l’énergie dans une entreprise qui ne réussit pas, ou faible, comme de vous forcer à finir un steak trop cuit simplement parce que vous en avez trop payé le prix. Quelle que soit l’échelle, les humains ont souvent du mal à abandonner.

🤓 Pourquoi refusons-nous d’abandonner ?

Pourquoi l’évolution en est arrivée là ? Des études partent du principe que le phénomène pourrait provenir d’un effort visant à éviter le gaspillage de ressources précieuses. 💸- Dommage qu’on ne l’applique pas dans notre mode de consommation. Comme quoi, l’Homme a ses priorité. – Bref, cette règle a du sens si vous la considérez du point de vue de la rareté : mieux vaut continuer à travailler sur quelque chose si vous avez déjà investi des ressources, mais à un moment donné la logique ne tient plus.💥

💔 Par exemple, se séparer d’un partenaire de longue date peut sembler être un “gâchis”, mais essayer de réparer une relation brisée n’en coûte pas moins. Voyez les choses autrement : Vous pourriez faire valoir que rester est un gaspillage pour l’un comme pour l’autre, et que mettre fin à une relation épuisante tant physiquement, qu’émotionnellement vous permettra d’avancer et d’essayer à nouveau.

🤬La notion d’échec est cependant tellement “méprisée” aujourd’hui qu’il n’est pas étonnant que nous nous fermions à tout avis contraire. Cependant, ce sentiment pourrait bien être l’erreur de “coût irrécupérable” qui nous aveugle. Que faites-vous lorsque vous vous trouvez dans cette situation ? 

Voici sept conseils pour non seulement abandonner quand c’est nécessaire, mais aussi d’être confiant :

• Conseil 1 : Mettez noir sur blanc ce que cela vous a coûté jusqu’à maintenant et ce que cela va vous coûter à l’avenir. 📝

Parfois, y aller avec nos tripes peut être utile, mais parfois nos tripes, désolé de l’expression, sentent la merde.💩

Rationalisez ➕ / ➖ : quels sont les gains & pertes en continuant ce que vous faites ? Et quels sont ceux si vous abandonnez ? Je n’invente rien, ce qu’une liste classique des avantages et inconvénients. Mais ça vous aidera à vous concentrer sur les possibilités ,souvent oubliées, de rater d’autres opportunités qui découleraient de votre abandon. Un “mal” pour un bien ça ne vous dit rien ?

Conseil 2 : Redéfinissez le terme “Abandonner” par “Savoir quand arrêter”.

🏘️ Dans cette société, tout le monde – des dessins animés pour enfants aux blockbusters, en passant par les chanteurs – nous dit de ne jamais abandonner. L’une des citation les plus connue et que vous avez donc sans doute déjà entendu, attribuée à Winston Churchill qui aurait dit : “Jamais, jamais, jamais. N’abandonnez jamais.”

Sauf qu’elle a été prise hors contexte. Ce qu’il a réellement dit est très différent : “Ne cédez jamais, sauf aux convictions d’honneur et de bon sens”.

😒 L’idée d’abandonner est tellement indésirable que nous oublions parfois la maturité et l’intégrité requises pour comprendre que quelque chose ne fonctionne pas et qu’il faut opérer un changement. 

Le message à retenir “Ne jamais abandonner” ne doit pas être compris comme une déclaration universelle. Céder lorsque c’est le plus logique, ou le plus noble, est le bon choix. 

• Conseil 3 : Abandonner peut être un signe de sagesse. 

Une étude a révélé que les jeunes adultes sont beaucoup plus susceptibles de s’engager dans une erreur décisive que les personnes âgées. (source : magazine “Psychological Science”)

Ces premiers ont un biais de négativité plus important, ce qui signifie qu’ils accordent plus d’importance aux informations négatives (😉 les parents d’ados) telles que les pertes, que sur les informations positives. Les décisions des adultes plus âgés en revanche, équilibrent généralement les gains et les pertes plus équitablement. Cela suggère que plus nous vieillissons, plus nous sommes sages et prudents, plus nous sommes en mesure de trouver le meilleur moyen d’investir temps et argent. En bref, réduire nos pertes est parfois la chose la plus sûre et logique.

Conseil 4 : Jetez le bébé avec l’eau du bain.👶🛁

Une chose que les gens détestent quand ils abandonnent, c’est le sentiment que des forces qu’ils ne pouvaient pas contrôler ont pris le dessus. Cependant, vous pouvez rétablir un sentiment de contrôle en recadrant votre choix de sortie, comme la décision d’un dirigeant acharné qui souhaite préserver son entreprise. Ce projet peut sembler être votre enfant, mais parfois… vous avez juste à jeter le bébé avec l’eau du bain.

Conseil 5 : Repenser l’échec.😏

Les erreurs mises à part, le cœur de notre contestation consiste à renoncer à notre peur de l’échec. Nous avons été “socialisés” pour voir des rêves qui ne peuvent se concrétiser comme un échec. C’est encore plus difficile quand l’échec est vu par les autres, comme un mariage ou une entreprise.

🙅‍♂️ Choisir de mettre fin à une relation ou à un projet, en particulier si vous avez commencé avec une énorme motivation et un investissement important, peut être vu comme un deuil. Donnez-vous donc l’espace dont vous avez besoin pour bien faire votre deuil, mais ensuite, considérez ceci: Ce n’est pas un échec s’il vous fait avancer. 🏃‍♂️ Dites vous plutôt que vous allégez votre fardeau, que vous simplifiez votre vie, que vous faites un meilleur choix, que vous dressez un bilan, que vous tournez une nouvelle page, que vous avancez, … bref, tournez cela comme vous voulez mais ça ne doit pas sentir l’échec.

Conseil 6 : Vous ne pouvez pas tout contrôler. 👨‍💻

Parfois, la vie vous met face à des circonstances où vous ne pouvez rien y faire. Imaginons que vous mettiez tout votre cœur à ouvrir une boulangerie, mais peut-être que l’ouverture coïncidait avec l’engouement du “Sans-Gluten”, que votre propriétaire venait de doubler votre loyer, que les prix des ingrédients étaient à la hausse, etc. Pourriez-vous contrôler tout ça ? NON.

Vous pouvez avoir l’impression d’avoir échoué, mais ne vous tenez pas pour responsable de ce qui n’a rien à voir avec votre compétence, votre dévouement ou votre caractère.  

Conseil 7 : Le vrai pouvoir c’est la connaissance.🤓

🙌 Consolez-vous ! Sachez que tout le monde a fait l’expérience de “l’échec” et que la plupart des gens ne disposent pas de la clarté et de la force nécessaires pour remettre en question ces erreurs. Donc, si vous abandonnez au moment opportun, considérez que vous êtes au-dessus de la mêlée.

Vous ne saviez pas hier ce que vous savez aujourd’hui. Et vous n’auriez jamais pu le savoir. Mais vous avez acquis des connaissances, de l’expérience et un peu de sagesse : alors vous êtes en mesure de à réduire les coûts “irrécupérables” et à viser de nouveaux objectifs.

“Vous ne saviez pas hier ce que vous savez aujourd’hui”

A quoi ressemble le nouveau consultant en recrutement ?

Previous article

Rejeter les candidats en douceur

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *