0

👍 Le “like” a envahi notre quotidien depuis des années… Mais hormis sur Reddit et YouTube, le “dislike” n’est en vogue sur aucun autre réseau social (à ma connaissance tout du moins, n’hésitez pas à m’en faire part en commentaire si vous en connaissez d’autres). Et pourtant, je considère que ce dernier aurait toute sa place… en tout cas sur LinkedIn.

LinkedIn n’est pas Facebook !

Aucun texte alternatif pour cette image

👨‍💼👩‍💼 On est en droit de penser que nous sommes entre professionnels, n’est-ce pas ? Aucun gosse ne vient sur LinkedIn a priori ? Alors pourquoi les boutons-réactions ne s’alignent pas sur la “maturité” du réseau ? Nous ne sommes pas sur Facebook après tout ! (quoique des fois… bref.)😡

En parlant de Facebook, par qui le “like” s’est imposé et qui a toujours refusé le “dislike” (en dehors de la réaction d’énervement “Grrr”) : en lançant un bouton “Je n’aime pas”, ce dernier serait sans doute utilisé à des fins négatives, soyons honnête. Et Facebook a voulut rester positif ! C’est tout à leur honneur et je suis même d’accord avec eux, compte tenu des tranches d’âge actives et de la mentalité affligeante d’un certain nombre.🤐

👦🧑 Imaginez qu’un ado publie une photo de lui/elle sur Facebook et se voit récolter une série de “Je n’aime pas”… Ce dislike pourrait ouvrir les portes à des catastrophes.😱 Il faut aussi se rappeler que l’idée originelle derrière Facebook est d’amener les utilisateurs à échanger, notamment en publiant des commentaires.📝

L’absence de bouton “Je n’aime pas” encourage donc les utilisateurs à commenter une publication plutôt que de seulement appuyer sur un bouton. 👎< 📝

Est-ce qu’un nombre de dislike a plus / moins d’impact que les mots d’un commentaire négatif ?

Aucun texte alternatif pour cette image

😞 Sauf que c’est là que le bât blesse. L’espace commentaires est parfois un véritable défouloir de haine (troll mis à part) dont certains aurait pu se contenter de donner leur avis via un bouton-réaction approprié mais faute de présence, dérive en commentaires parfois abusif qui n’en finissent plus. Alors je m’interroge : est-ce qu’un nombre de dislike a plus / moins d’impact que les mots d’un commentaire négatif ? 🤔

Et c’est justement à partir de ce dernier constat personnel, que j’estime que LinkedIn devrait donner la possibilité d’exprimer notre avis. Que dis-je… notre réaction ! Les publications s’inscrivent dans un contexte professionnel. Depuis quand le monde professionnel n’est fait QUE d’encouragements ? De “J’aime”, de “Bravo”, de “J’adore”, d’ “Instructif”, et d’ “Intéressant” ? 🤥

Dire que l’on n’aime pas, que le propos est inadapté, ou que cela est inintéressant est subjectif. Mais tout autant que les réactions positives actuelles finalement. Et dans cet environnement professionnel, ce n’est pas à prendre comme des attaques personnelles mais comme des échanges divergents.

📊 Cela serait des données précieuses pour tout profil ou entreprise. C’est bien beau de savoir que X personnes ont aimé/partagé telle publication. Mais quand est-il du nombre de personne qui n’aime pas et/ou ne sont pas intéressés ? Si sur notre réseau de 1000 personnes, seulement 20 ont “liké”, ça ne veut en aucun dire que les 980 autres ne l’ont pas aimés. Peut être que 300 ont trouvé cela inintéressant, 150 inadapté et 530 ne l’ont même pas vu.

📈De fait, ce type de données permettrait de mieux connaître son réseau, de corriger le tir quant aux publications que l’ont fait, de s’améliorer tout simplement.

📌 Les réactions définissent l’état d’esprit d’un internaute à un instant T face à un contenu. Ils peuvent aider les propriétaires de profil/page à obtenir des réactions sur des posts ou voir encore comment ils peuvent appréhender un contenu sensible par exemple.

Après, libre à chacun de se moquer des avis négatifs reçus car ils ne veulent que pousser des coups de gueule marginaux. Chacun cherche la niche qui lui convient… ou simplement qui fonctionne ou qui soit à la mode, quitte à ce que soit contraire à sa véritable réflexion.

Pour résumé et que ce soit clair : j’entends que c’est un pari risqué sur Facebook, Twitter, etc, de proposer le “dislike”, bien qu’une part de moi, sans doute naïve me direz vous, aimerait penser que ça n’empirerai pas les choses plus que ça ne l’est déjà, mais pourrait potentiellement l’améliorer. Je ne saurai avoir un avis véritablement tranché sur ce point pour le moment.Mais sur LinkedIn, je persiste : si les boutons-réactions ont finalement été mis en place sur le réseau, très bien… alors donnez aux utilisateurs un panel RÉEL des réactions possibles face à une publication. Ceux qui veulent laisser un commentaire en complément le feront. LinkedIn n’est pas Facebook.

Aucun texte alternatif pour cette image

Pourquoi vous devriez recruter différemment

Previous article

La roue des émotions

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *