0

La théorie psycho-évolutionniste des émotions de Robert Plutchik (professeur et psychologue américain) est l’une des méthodes de classification des réactions émotives générales. Plutchik considérait qu’il y avait huit émotions de base : 😄 la joie, 😱 la peur, 🤢 le dégoût, 😡 la colère, 😢 la tristesse, 😲 la surprise, 🤗 la confiance et 🤔 l’anticipation.

Plutchik était d’avis que ces émotions étaient le reflet d’un taux de neurotransmetteurs, donc qu’elles étaient le reflet d’un mécanisme purement biologique qui avait évolué pour faciliter l’adaptation de l’animal sur le plan de la reproduction. 

Il a défendu leur primauté en montrant que chacune d’elles déclenchait un comportement d’une grande valeur de survivance. Par exemple :

  • La peur inspirait la réaction de fuite ou de combat,
  • La colère inspirait la défense de ses acquis,
  • La tristesse impliquait le repos essentiel pour l’auto-préservation de l’organisme,
  • Et la joie impliquait la recherche de ressources.

La théorie psycho-évolutionniste de Plutchik sur les émotions de base repose sur dix postulats :

  • 1. Le concept d’émotion s’applique à tous les niveaux d’évolution et à tous les animaux, y compris l’être humain.
  • 2. Les émotions ont évolué et amené diverses formes d’expression chez diverses espèces.
  • 3. Les émotions ont eu un rôle adaptatif en aidant les organismes à régler des questions clés de survie posées par l’environnement.
  • 4. Bien que les formes d’expression d’émotions varient selon les espèces, il y a certains éléments communs ou modèles prototypiques.
  • 5. Il y a un petit nombre d’émotions de base, fondamentales ou prototypiques.
  • 6. Les autres émotions sont toutes des états mixtes ou dérivés, c’est-à-dire des mélanges, composés ou combinaisons d’émotions de base.
  • 7. Les émotions de base sont des concepts hypothétiques ou des états idéalisés dont les propriétés et les caractéristiques s’induisent de diverses manifestations.
  • 8. Les émotions de base peuvent se systématiser en paires d’émotions opposées.
  • 9. Les émotions varient toutes par leur degré de similitude.
  • 10. Chaque émotion se manifeste à divers degrés d’intensité ou d’éveil.

Plutchik a organisé ses émotions en paires d’opposés : la joie & la tristesse, la peur & la colère, le dégoût & la confiance, la surprise & l’anticipation. 

Il faut bien garder à l’esprit que chacune de ces émotions peut varier en intensité, ce qui génère un grand nombre de mots pour les décrire. 

Par conséquent, il y combine l’idée d’un cercle des émotions et celle d’une palette de couleurs pour représenter cette variation d’intensité et la classer en niveaux, même si la séparation entre les niveau n’est pas franche. 

Comme ces dernières, les émotions de base peuvent s’exprimer à divers degrés d’intensité et se combiner l’une à l’autre pour former des émotions différentes.

C’est ainsi que Plutchik est venu à définir les dyades primaires (combinaisons de deux émotions de base adjacentes), secondaires (combinaisons d’émotions de base voisines à une émotion près) et tertiaires (combinaisons d’émotions de base voisines à deux émotions près).

Source : copypress.com/ebook/Click-It-with-Feeling.pdf / Visuel : Dave Snyder et al. Design (c) Copypress / Wikipédia

La bienséance des réactions

Previous article

À quoi ressemblera l’avenir du travail

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *