0

Avec l’introduction soudaine des mesures de confinement du mois dernier, les lignes d’assistance contre les violences conjugales ont signalé une augmentation du nombre d’appels, ce qui indique que le problème est en hausse. Et pas qu’un peu…

Voici cinq conseils pour aider les managers à repérer les signes au sein de leur équipe pendant cette période de confinement.

Pour l’instant, tous les conseils sont de rester chez soi pour assurer la sécurité des gens pendant le confinement. Mais qu’en est-il si, en demandant aux individus de rester chez eux, on les met en fait en danger ? Le gouvernement a annoncé une augmentation de plus de 30% des signalements de conjugales :

« Nous observons qu’il y a + 32 % de signalements de violences conjugales en zone gendarmerie en une semaine et + 36 % dans la zone de la Préfecture de police de Paris en une semaine également. Ces indicateurs tendent à nous faire penser qu’il y aurait une recrudescence des violences conjugales pendant cette période de confinement »

Marlène Schiappa à l’antenne d’Europe 1

Mais que peuvent faire les entreprises et les responsables hiérarchiques s’ils repèrent des signes parmi les membres de leur équipe ?

Avant le confinement, il existait bien sûr un certain nombre d’organisations et de processus pour protéger les personnes vulnérables à la violence domestique et aux abus sexuels en France, mais beaucoup d’entre eux exigeaient que les signes soient repérés par les enseignants, les employeurs, les collègues de travail, les professionnels de la santé, la famille et les amis. Malheureusement, comme tout le monde est en quarantaine, repérer ces signes et en rendre compte représente aujourd’hui un défi de taille. Cela signifie que nous devons tous faire plus pour nous méfier des signes et aider ceux qui sont le plus à risque – et les responsables hiérarchiques sont parfaitement placés pour pouvoir aider.

Nous avons établi une liste de cinq conseils principaux pour aider les supérieurs hiérarchiques à s’assurer qu’ils font tout ce qui est en leur pouvoir pour veiller à la santé mentale de leurs employés pendant l’épidémie de coronavirus et nous avons dressé une liste de ce qu’ils doivent faire s’ils détectent des problèmes :

1. La bonne formation

Avant tout, les managers doivent avoir une formation de sensibilisation à la santé mentale et savoir comment avoir la “bonne” conversation avec les membres de leur équipe. Les entreprises peuvent avoir besoin de fournir une formation supplémentaire, notamment en ce qui concerne la protection et la gestion des risques. Les cours peuvent être dispensés en ligne et relativement rapidement, il n’est donc pas trop tard si vous ne les avez pas déjà mis en place.

2. Plus de contact et poser les bonnes questions

Les managers devront veiller à rester en contact avec leurs équipes en adaptant leurs conversations pour y inclure le bien-être. Alors qu’auparavant, les réunions des responsables hiérarchiques pouvaient avoir lieu une fois par semaine ou toutes les quelques semaines, ces conversations doivent avoir lieu beaucoup plus souvent et, idéalement, en visio.

Les responsables peuvent également envisager de modifier le calendrier des réunions pour s’assurer qu’ils sont en contact avec tout le monde (surtout si les parents dispensent des cours à leurs enfants). De même, ils devraient augmenter la fréquence des appels et les faire durer moins longtemps.

Pendant ces appels, ils devront également être disposés à poser des questions plus difficiles. Les responsables devront apprendre à se mettre à l’aise pour poser la question “vous sentez-vous en sécurité ? C’est bien sûr une question très difficile à poser à quelqu’un, mais il faut le faire et cela n’a jamais été aussi important.

3. Examiner les comportements

Les managers devront également surveiller le comportement des membres de leur équipe. Il est donc préférable de le faire en appel vidéo.

Ils doivent regarder l’installation à domicile, remarquer si l’employé veut toujours éteindre sa vidéo pendant un appel, repérer les signes d’anxiété ou de fatigue accrue et assurer un suivi avec leur collègue s’il n’a pas répondu à un courriel ou à un message pendant un certain temps.

Ils doivent noter tout changement de performance et en expliquer les raisons. Est-ce simplement que l’employé est fatigué ou y a-t-il quelque chose de plus inquiétant ?

4. Champion de la santé mentale

Toutes les entreprises – quelle que soit leur taille ou leur secteur d’activité – devraient avoir des champions de la santé mentale ou des secouristes en santé mentale. Ces personnes devraient être conscientes des risques supplémentaires qui se posent actuellement et se rendre disponibles à distance lorsque cela est possible.

Les entreprises devraient fournir une formation supplémentaire spécifique sur la sauvegarde et pourraient envisager d’augmenter le nombre de champions de la santé mentale au sein de l’organisation.

5. Documentation et ressources

Enfin, les managers doivent être en mesure de fournir la documentation et les ressources nécessaires pour gérer la réponse appropriée s’ils repèrent effectivement des signaux. Cela devra être fait rapidement et soigneusement. En outre, les entreprises doivent orienter régulièrement leur personnel vers les organismes compétents, plutôt que d’attendre qu’il soit stressé ou en crise.


Les supérieurs hiérarchiques peuvent en effet jouer un rôle clé en veillant à la santé mentale et à la protection de leurs collègues. En fait, leur contribution pourrait faire une réelle différence en aidant une personne qui a besoin d’être protégée en ces temps très difficiles.


Confinement : qui appeler si vous avez besoin de parler

La situation de confinement peut être source de détresse pour certaines personnes. Si vous avez besoin de parler, plusieurs dispositifs d’écoute restent disponibles pendant le confinement.

  • SOS-Amitié

Par téléphone au 01-42-96-26-26 (24h/24 et 7j/7) ou tchat en ligne (de 13h à 3h du lundi au dimanche)

  • Suicide écoute

01-45-39-40-00 (24h/24 et 7j/7)

  • Alcool Info Service

Par téléphone 0-980-980-930 (de 8h à 2h du matin, 7j/7) ou tchat en ligne (de 8h à 00h)

  • Drogues Info Service

Par téléphone 0-800-23-13-13 (de 8h à 2h du matin, 7j/7) ou tchat en ligne (de 8h à 00h)

  • Vous êtes victime de violences à l’intérieur de votre foyer ?

Pour les femmes victimes de violences conjugales, le 39-19 (de 9h à 19h, du lundi au samedi) ou en ligne sur Arretonslesviolences.gouv.fr (24h/24 et 7j/7). La secrétariat d’Etat chargé de l’égalité a par ailleurs mis en place des nouvelles mesures pour aider les personnes confinées avec des conjoints violents.

Pour les enfants en danger, le 119 (24h/24 et 7j/7). Les victimes de violences intrafamiliales peuvent également désormais donner l’alerte via un SMS adressé au 114. Violences intrafamiliales : les numéros utiles

  • La Croix Rouge

Par téléphone au 09 70 28 30 00, une ligne mise en place pour la période du confinement.

Conseils additionnels :

  • Ne restez pas collé aux chaînes et sites d’information. L’actualité peut être très anxiogène, aménagez-vous des coupures.
  • Certains psychologues, psychiatres et psychothérapeutes proposent des téléconsultations pendant le confinement. N’hésitez pas à contacter un professionnel de santé.

Embauchez des candidats en télétravail : une évolution intelligente et rapide !

Previous article

6 étapes pour assurer la santé financière de vos employés

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *